« L’homme révolté » à l’aube du troisième millénaire par J.-M. Bioteau, auteur et réalisateur / Angoisses péquistes par M. C. Auger, Radio-Canada

(No English versions but welcome to your comments in English)

_____________________________________________________________________

« L’homme révolté » à l’aube du troisième millénaire. par Jean-Marie Bioteau, auteur et réalisateur, Montréal, août 2012

En 1951, tandis qu’il conclue L’homme révolté, Camus y va de cette
constatation : « Ce qui retentit pour nous aux confins de cette
longue aventure révoltée, ce ne sont pas des formules d’optimisme, dont nous
n’avons que faire dans l’extrémité de notre malheur, mais des paroles de
courage et d’intelligence qui, près de la mer, sont même vertu »

Bien que la rhétorique humaniste ait toujours été perçue comme empreinte d’une
certaine naïveté, la démarche de Camus va au-delà en montrant un chemin
possible et la manière de l’emprunter. Camus suscite la réflexion quant à la
nécessité et au sens de la révolte. Par le truchement de son écriture, il nous
met en présence de nos lâchetés, de nos fragilités, comme de nos potentialités.
Ses propos révèlent la profondeur de notre condition et la révolte qui sommeille
en chacun de nous. Mais encore faut-il pouvoir se révolter. Comment faire
advenir les conditions particulières de la révolte quand on est dans le
dénuement, quand la souffrance est quotidienne? Comment envisager la révolte
lorsqu’on est en situation de richesse, de pouvoir et de suffisance? La tâche
est démesurée. Pour certains, elle se traduit de nos jours par des mouvements
de protestation et d’indignation. Mais la révolte n’est pas un simple mouvement
de résistance ou d’organisation politique. La révolte est imagination,
proposition, sacrifice et médiation. Elle requiert une attention de tous les
instants et une périlleuse intrusion dans le monde sociopolitique où elle doit
se garder de tout dogmatisme et récupération. C’est ce qui fait d’elle une perpétuelle
tension et c’est sans doute aussi ce qui rend sa naissance si difficile.

Malgré tout ce qui peut entraver son apparition, la révolte est indissociable de la
dignité humaine. C’est une véritable posture morale qui garde toute sa raison
d’être au début de ce troisième millénaire. Se révolter c’est être aux aguets à
chaque instant. C’est se tenir debout, penser et créer sans relâche. La révolte
naît de la volonté qu’à l’être de s’interroger sur lui-même et sur le monde.
C’est pourquoi, en paraphrasant dans un même souffle Descartes et Camus, la
juste affirmation de la révolte peut être formulée ainsi :

« Je pense, donc nous sommes. »

Jean-Marie Bioteau, auteur et réalisateur, Août 2012

_______________________________________________________________________________________-

 

Par ailleurs: Angoisses péquistes par Michel C. Auger de Radio-Canada:

http://blogues.radio-canada.ca/auger/2012/08/03/angoisses-pequistes-ligne-de-depart/

________________________________________________________________________________________

SVP vos commentaires, Welcome to your comments in English

Commentaires

  1. Géhad Rizk dit :

    Merci pour ce bel article sur « l’homme revolté » auquel j’ajouterai également le concept de l’indignation tel que décrit dans l’ouvrage magistral de Stéphane Hessel : « Indignez-vous » paru en 2010.

  2. 13 dit :

    La révolte…

    Quand elle est réelle et défend humainement le droit de chacun qui sont lésés mais pas utiliser que pour dominer comme de prétendre à l’anarchie pour soi et imposer ses lois aux autres ou se contredire en défendant apparemment des droits supposément légitimes et s’en servir pour avoir un poste au POUVOIR pour atteindre son but de dominer tous ceux qui ne pensent pas comme lui et les asservir à sa cause personnelle aux dépens de chacun et aux frais de la masse…

    c indigne

    • En réponse à 13:
      Le texte de Jean-Marie Bioteau porte sans équivoque sur l’essence de «l’homme révolté» pour promouvoir le bien commun et non le contraire…comme le montre bien le commentaire de Géhad Rizk

Répondre au commentaire de :

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*